Ce site est optimisé pour Safari 6+, Firefox 6+, Chrome 16+ et Internet Explorer 10+. Avec votre navigateur sa qualité risque d'être altérée.
Masque interculturalité
interculturalite.fr
des formations pour améliorer les relations interculturelles
Interculturalité - Articles
Liste des articlesContactRetour à l'accueil
La chose la plus difficile à voir est la paire de lunettes qu’on porte devant les yeux. (Martin Heidegger)

12 articles

Perception irrationnelle des choses : l’exemple d’un rond-point ambigu

Quand on a une perception irrationnelle des choses, la précision est un concept qui ne fait pas beaucoup sens, auquel on attache peu d’importance. Par conséquent, les limites sont bien réelles, mais floues. Au Cameroun, l’ambiguïté règne dans une multitudes de petits détails de la vie quotidienne d’où personne ne cherche à la chasser. Certains de ces détails se voient parfois et peuvent poser problème. Voici un exemple pour éclairer ce propos : un carrefour de la ville de Yaoundé, où se trouve en particulier la société Cami Toyota.

Par sa forme, ce carrefour ressemble à un rond-point où se rejoignent 3 rues : celle qui vient du carrefour Corron, celle qui vient des Brasseries du Cameroun et celle qui vient, disons, de l’avenue Charles Atangana.

Si on vient de cette troisième rue, il n’y pas d’ambiguïté. On s’engage comme sur n’importe quel rond point. Mais si on vient des Brasseries, les choses sont moins claires car on arrive sur deux voies qui semblent plus se prolonger vers le carrefour Corron qu’appartenir au rond point.

Du coup, les véhicules qui viennent dans l’autre sens (du carrefour Corron) sont tentés d’emprunter cette voie, en prenant donc le rond point à l’envers.

Pourtant, les véhicules qui viennent du carrefour Corron abordent ce rond point avec le panneau d’une flèche blanche sur fond bleu qui indique clairement qu’ils doivent s’engager sur le rond point.

Mais le respect de ce genre de panneau requiert que la loi (le code de la route en l’occurence) règne sur le comportement des automobilistes. Or au Cameroun, ce sont les habitudes qui ont force de loi. Du coup, beaucoup ne doivent même pas s’apercevoir de la présence de ce panneau.

Et d’une certaine façon, il y a de la logique dans ce genre de comportement. Quand on va des brasseries au carrefour Corron, on passe ce rond point tout droit, comme si ce n’en était pas un. Quand on fait le trajet inverse, pourquoi agirait-on différemment ? Pourquoi s’embêterait-on à faire le tour ? Le passage est droit dans les deux sens, non ?

C’est tout le problème d’un rond-point sur lequel l’irrationnel a régné dès sa conception. La précision a manqué et on a laissé l’ambiguïté s’installer, conduisant ainsi un certain nombres de véhicules à circuler ici à contre sens, avec tous les dangers que cela implique, bien sûr. Et bien entendu cela ne choque personne, car cette situation aussi illogique qu’elle puisse paraitre, est tout à fait cohérente avec la culture locale : perception irrationnelle des choses, limites floues, ambiguïtés, puis priorité des habitudes sur la loi. On notera d’ailleurs que dans la configuration du lieu, un carrefour à sens giratoire aurait été beaucoup plus approprié : avec ses panneaux et son marquage au sol plus élaboré, il aurait comporté nettement moins d'ambiguïté. L'appréhension irrationnelle de ce carrefour n’est pas donc le seul fait des automobilistes. Dès la conception du rond point cet aspect a dominé les décisions qui ont été prises et les actes qui ont été posés. Ce comportement a donc bien une portée collective qui le fait entrer dans le champ culturel. Et dans le contexte culturel du Cameroun, tout ceci est parfaitement cohérent.

Un carrefour ambigu
Un carrefour ambigu
Ces deux voies font-elles vraiment partie du rond point ?
Ces deux voies font-elles vraiment partie du rond point ?
Le rond point pris à l'envers
Le rond point pris à l'envers
Suivez la flèche
Suivez la flèche
Et la flèche !
Et la flèche !